Outils pour utilisateurs

Outils du site


notes:session_57

Session 57

Date et lieu2023-07-15 – Lycée Malherbe
AuteurVictor
CalendrierDu 20 rougemois du Tardigrade au 28 orangemois du Tardigrade
LieuxSteppe des Nomades Pistache, Cryptyque de la reine craquelée, Cité Violette
PJPhyllobates vittatus, Érutan, Galavar
PNJEizethrat, Parille, Vissa, Kalanikupuapa'ikopaninui, Perle, Volta, Don Anafesto, Ghorgaux
Séance précédenteSession 56 ½
Séance suivanteSession 57 ½

Après sa fuite du siège de la Citadelle de Porcelaine, notre groupe reprit la direction de la Cité Violette, ils trouvèrent rapidement sur leur chemin une petite caravane assemblée autour d'un monticule de chair et de ferraille. Cinq jeunes cavaliers nomades (entre 12 et 15 ans) guidés par Parille vinrent à la rencontre de nos aventuriers pour s'enquérir de leurs intentions. Parille expliqua appartenir au Clan de la Bergamote et leur demanda des informations sur le Chevalier-sans-visage, un être humanoïde accompagné d'un minuscule Vome qui l'avait présenté comme étant Sire Montbéliard, ce dernier avait occis une immense bête Vome qui s'attaquait à la matriarche du clan. Le chevalier aurait fait usage d'une curieuse lance qui se serait connectée à la créature avant d'émettre des « bips ». Expliquant qu'ils n'avaient jamais entendu parler cet être dénué de faciès, Érutan et Phyllobates vittatus décidèrent d'aller discuter avec la matriarche en question. S'approchant du monticule de ferraille, qui se révéla être le corps mi-lézard mi-machine de la bête défunte, ils purent discuter et échanger avec la matriarche Vissa.

Ils apprirent que celle-ci était venue communier avec les esprits lorsqu'elle a été attaquée par la bête Vome. La matriarche leur expliqua que les Falaises lavande au Nord étaient sacrées et interdites aux non-nomades mais qu'il était possible de se faire escorter jusqu'aux Sources jaunes pour s'y recueillir.

Phyllobates vittatus échangea des betteraves à moelle, de la laine et quelques cash contre un sac de 8 optiques Vomes achetées pour une valeur de 20 cash l'unité.

Érutan obtint de pouvoir communier avec un obélisque décoré de multiples fanions colorés situé derrière la bête pourfendue, et refusa poliment l'escorte jusqu'aux Sources jaunes. Rapidement notre héros du Pays Jaune communia avec l'obélisque, nommé Kalanikupuapa'ikopaninui. Ce dernier, en échange des souvenirs de l'Abbaye de Maintenance, lui révéla l'emplacement du Cryptyque de la reine craquelée. Il lui montra comment accéder à la prison de la reine mécanique qui y était enfermée, lui offrit un sort de cartomancie permettant d'ouvrir les portes et lui expliqua comment déjouer les pièges et protections pour atteindre le cœur du cryptyque. Kalanikupuapa'ikopaninui mit en garde Érutan contre la Pyramide et l’Œil.

Après avoir oublié l'abbaye, Érutan expliqua ses découvertes à Phil qui s'empressa de les rapporter à Boiteux le Doujnou nouvellement acquis, puis le duo guida la caravane jusqu'au cryptyque en contournant les Falaises lavande.

Ils arrivèrent à destination : un grand canyon ornées de bouches d'aération fumantes s'ouvrant périodiquement pour recracher un air brûlant et bruyant. Une seule des bouches d'aération située sur le flanc de la falaise restait inerte : c'était par là qu'il fallait entrer pour accéder au cryptyque.

En bordure du canyon, huit bols contenant un mélange de baies et de boulons laissés en offrande par les vomes du coin étaient répartis en ligne.

Alors que nos héros débattait sur la meilleure manière de procéder pour accéder au cryptyque, Phil repéra des suricates Vomes qui fixaient l'horizon : un nuage de poussière émanait de la faille, approchant rapidement dans leur direction. Bientôt notre duo vit apparaître un mille-pattes mécanique parcourant les murs à toute vitesse, l'immense créature s'arrêta au niveau de l'autel, ingéra l'offrande et fixa nos aventuriers pendant quelques secondes avant de repartir.

Rendus téméraires par leur rencontre avec la créature insecto-machine, Érutan et Phyllobates vittatus décidèrent de rejoindre la cryptyque sans s'encorder (n'ayant pas de corde à disposition et n'osant pas subtiliser le grappin de Galavar.) Ils arrivèrent à la bouche d'aération et Érutan sauva in extremis son camarade d'une chute mortelle.

Ils ouvrirent manuellement l'aération et pénétrèrent dans un dédale de couloirs couverts de gravures géométriques. Sa carte mentale bien en tête, Érutan mena la marche, esquivant les dalles piégées et les culs de sac mortels. Ils passèrent devant des golems antiques assoupis et des illustrations à base de triangle géométriques (arbre d'où émanent des symboles musicaux, cercles concentriques, chiffres organisés en couches…).

Leur chemin fut bloqué par une imposante porte cristalline veinée de cuivre et d'or avec des runes brillantes vertes et rouges, évoquant de loin certaines runes naines de la NAINE. La porte trembla légèrement : un antique pouvoir était à l’œuvre. Évitant de toucher l'objet Érutan usa de son nouveau sort pour débloquer la porte, il sentit une force étrangère glisser sur les défenses de son esprit mais réussit à la repousser et à ouvrir la porte.

Ils débouchèrent sur une vaste salle hexagonale au centre de laquelle se trouvait une prison cristalline en forme de fleur. En son centre, une femme en partie machine au crâne rasé et à la peau fêlée de fines craquelures semble endormie, vêtue d'une robe métallique, reliée à la structure par de nombreux câbles insérés dans sa moelle épinière, ses bras, dont l'un est mécanique, pendent le long de son corps, elles a un implant oculaire qui semble éteint et son autre œil est fermé. Elle a l'air paisible et sereine. Le sol de la salle est une gigantesque mosaïque en damier alternant oignons et crânes? Dans chacun des 6 coins de la pièce hexagonale se trouve un vase de pierre noire veinée de vert. Le plafond en forme de pyramide représente 6 faces et tout autant de portrait de la prisonnière (?) dans des états émotionnels différents.

Lorsqu'Érutan pénètre dans la salle, des spots s'allument et éclairent une représentation miniature de la prison florale, avec en son centre une perle. Après plusieurs argumentations et hésitations Phyllobates vittatus ouvre la fleur miniature et appuie sur la perle, ce qui a pour effet d'ouvrir la prison de grande taille et de réveiller la femme, elle tend sa main vers le batracien qui approche sa tête, des tuyaux sortent de la femme et pénètrent à travers les narines, les yeux et les oreilles de Phil. L'intégralité de son vocabulaire connu défile à travers son esprit. Après quelques instants, les tuyaux se retirent et la femme se présente comme étant la reine Perle.

Rapidement le duo s'aperçoit que la reine est confuse, elle ne sait pas dans quelle temporalité elle se trouve et évoque des bribes d'informations issues d'autres temps. Elle demande des nouvelles de Tom, Patrocles, Ada, Achille et Cée, semble être effrayée par les Vils, explique que les Vils parcouraient Swietenia, nom qu'elle donne à la planète où nos héros se trouvent, et qu'il n'y avait pas d'autre solution que de s'enfermer dans la fleur cristalline.

Elle explique que les Vomes ont proliféré parce que des machines et des êtres de chairs sont tombés amoureux et ont eu une descendance (machines séduites par la chanson et animaux séduits par l'oignon ?). Elle précise “Votre engeance a fait une erreur, nous n'étions pas dans les plans du Démiurge.” Elle pose plusieurs questions : elle demande si les esprits polychromes sévissent encore, si c'est son orgueil qui l'a amenée à cet état, si tout ça a du sens… Elle évoque le fait que les soleils seraient des fragments de démiurge, explique que les vases de pierre noires serviront à donner naissance à ses ouvriers.

Perdue, elle finit par se mettre à pleurer. Érutan l'étreint un moment pour la rassurer. Elle propose au duo de la laisser reprendre ses esprits, et s'engage à nous donner la preuve de sa reconnaissance plus tard (sans limite de durée).

Elle fait un geste et les murs métalliques s'écartent, révélant une immense usine entourant le cryptyque. Des bras mécaniques viennent se saisir des vases, et la chaîne d'assemblage se met en marche avec force de chuintements et d'étincelles. Nos aventuriers arpentent des marches faites de bras mécaniques se positionnant pour leur permettre d'aller de plus en plus haut jusqu'à la surface et se retirant derrière leurs pas. Sous leurs pieds, ils aperçoivent l'immense usine qui se met en marche.

À leur sortie, ils remarquent que les bouches d'aérations projettent maintenant de l'air chaud en continu. Ils décident de rejoindre la route et de reprendre leur chemin en direction de la Cité Violette.

Quelques jours plus tard, ils croisent une caravane tirée par des chameaux et survolée par des cercles de pigeons gras. Elle semble faire un écart pour les éviter. Galavar et Phyllobates vittatus décident de chevaucher à sa rencontre en agitant un caleçon blanc. Interceptés par un groupe de cavaliers menés par une femme à l'air sévère, une discussion houleuse s'engage. Galavar se présente sous le nom de Georges, et Phyllobates vittatus en son nom propre, la cavalière prétend faire partie de l'escorte de Don Don Anafesto qui se rendrait à la Citadelle de Porcelaine, Georges la prévient que cette dernière est assiégée. La femme évoque des troubles à la Cité Violette qui ne devraient pas poser de problème aux Tête de Chien tels que lui, mais reste évasive sur ce qui se déroule exactement au Pays Violet.

Les deux groupes se séparent en espérant ne pas se recroiser, quand soudain Eizethrat demande, tonitruant, «  Galavar Bruno ! Galavar Bruno ! Je veux manger un pigeon bien gras ! » Le femme tique à la mention du véritable nom de notre Tête de Chien favori mais ne dit rien.

Peu après Eizethrat revient voir son maître canin avec un curieux trophée : le pigeon qu'il a chassé avait avec lui un message à destination de la Cité Violette. La missive émane de la générale Volta, et prévient la cité de l'arrivée de Galavar Bruno. Galavar est surpris que son nom soit cité, se pensant inconnu dans son fief d'origine.

La caravane poursuit son chemin, et fait bientôt face à des chevaux à cornes terrorisés qui fuient des chiens errants. Un de ces derniers se jette sur une des mules, « Attends je recommence » et l'égorge, aussitôt vengée par Galavar. Les voyageurs se voient contraints de la remplacer pour tirer le chariot et échangent leurs rôles à intervalles réguliers.

Le groupe croise parmi les plants de café le chemin d'un chat porté sur un coussin mais choisit de ne pas l'interpeller, trop occupés à entendre les jérémiades de Phyllobates vittatus qui explique qu'étant plus petit et moins musclé que les autres il est anormal qu'il soit contraint, comme les autres, de remplacer la mule décédée.

Érutan et Galavar évoquent leurs pays respectifs et Galavar explique que la Cité Violette est une « vraie » ville gangrenée par la corruption, les Hexades, l'irrespect de ses habitants et la violence, mais que sa ville a du charme : une économie de la débrouille, une entraide relative…

Arrivée proche de la ville, la troupe suit les conseils de Galavar et décide de rentrer par la porte Nord : les quartiers populaires où vivent la plupart des tête de chiens et, hors des murs, le camp des réfugiés de la foi bleue. Il n'y a pas de gardes en vue, et pour cause : le poste de garde a été incendié, un réfugié tente d'amener Phyllobates vittatus à l'écart pour le détrousser avant d'être mis en fuite et c'est une Hexade qui tente de faire payer un droit de passage puis de piller la caravane, cette dernière est elle aussi mise en fuite par nos aventuriers. Phyllobates vittatus donne 50 cash aux disciples de la Foi Bleue et la caravane rejoint la « Lanterne » un bar/gallerie d'art, aux fenêtres barrées par des planches, tenue par Ghorgaux, un ami deGalavar.

Ghorgaux semble surpris de voir Galavar en vie, ayant cru qu'un Vome l'avait occis avant de tenter de s'en prendre à sa famille, il accepte de cacher les chariots dans la cour de son établissement et explique à son vieil ami les derniers événements en date : Une ancienne amie de Galavar, Deedee, s'occupe de sa famille et s'est rapprochée de sa femme. Les hommes chiens libérés ont mené une révolution pour prendre des quartiers de la Cité Violette mais les querelles avec les Hexades pour le contrôle des quartiers pauvres, à présent dépourvus des aides alimentaires de la haute ville, ont mis un coup d'arrêt à l'avancée de la révolte. La garde est à présent confinée aux quartiers huppés, protégeant les villas des riches. L'Inquisition Arc-en-Ciel a profité du grabuge pour prendre du pouvoir dans les quartiers commerçants, si bien que quatre forces se regardent en chien de faïence : Les Anarchistes, l'Inquisition Arc-en-Ciel, les Hexades et la garde de la Cité Violette.

C'est ainsi que se termine notre premier voyage, bientôt nos aventuriers feront une pause de dix années avant d'entamer un nouveau périple et s'égaieront sur les Terres Arc-en-ciel. Quelles surprises personnelles émailleront leurs quotidiens respectifs ? Comment sera le monde à leur retour dans les Prairies Ultraviolettes ? Réussiront ils un jour à atteindre la Cité Noire ?

Voir aussi

notes/session_57.txt · Dernière modification : 2023-07-31 08:17 de Manuel

Donate Powered by PHP Valid HTML5 Valid CSS Driven by DokuWiki